Rencontre avec... Philippe Mendiburu

par Roland Machenaud pour Golf Pays Basque Magazine

Philippe Mendiburu est une référence dans l’enseignement du golf. Sa passion, son ouverture d’esprit, sa rigueur et sa qualité pédagogique font de son académie une des plus prisées de france. Présent au centre international d’entraînement du golf d’Ilbarritz depuis sa création, il nous raconte son Amour de ce lieu hors-normes.

 

Le golf, il est tombé dedans très jeune. Parce qu’à l’époque au Pays basque c’était une manière heureuse de gagner sa vie, Philippe Mendiburu fut cadet dès l’âge de quinze ans sur les conseils de son frère Henri. Les diplômes, on les passait à la force du poignet avec comme mentors des « gens exceptionnels comme René Lacoste et sa femme, Simone Thion de la Chaume, ou encore Raymond Garaialde, le père de Michel et Jean ».

Et voilà comment le sportif qui hésitait entre la pelote à main nue et le golf balança pour le reste de sa vie vers l’enseignement « du plus beau sport au monde ».

Pro à 17 ans - un record ? - , sept ans sur le circuit européen, vainqueur de plusieurs tournois, il comprit très vite que son truc à lui, « c’est l’enseignement, la formation, le coaching, l’accompagnement sportif ».  Philippe Mendiburu part alors enseigner en Gironde : Bordelais « avec Monique Saubaber », puis Cameyrac et Arcachon. Et en 1988, « la grande aventure commence : Ilbarritz. Chez moi, au Pays basque, dans ce site qui est le plus beau de France, un des plus beaux au monde ».

Aujourd’hui à 66 ans - il en fait 10 de moins -, sa passion pour son pays et pour le golf est intacte. Ou plus exactement, elle continue à grandir inexorablement ! 

 

« J’ai la chance, tous les matins, de prendre ma voiture et de me rendre sur ce lieu magique, entre terre et mer, entre plage et montagne, loin de tout et si proche de ces villes et villages du Pays basque où bat mon cœur ! Ilbarritz ? Un site exceptionnel, photographié à l’excès, envié toujours, où tout n’est que silence, nature, visions incroyables en bleu et vert… Un espace que je fréquentais au début des années 80 pour une autre passion, la chasse. Et où j’ai tout de suite su qu’il s’agissait là d’un lieu fait pour créer un grand centre d’entraînement et de formation au golf ».

La mairie de Biarritz se lança dans l’aventure sur les conseils architecturaux de Pierre Thévenin qui fut aussi lié au grand spécialiste américain Von Hagge et ainsi à la réalisation du Golf National. Bernard Marie, le maire de l’époque, aimait à répéter que « ce lieu doit respirer le sport ! ». Le centre ouvrit en juin 1987 et « je le rejoins en 1988 avec une idée précise : ouvrir une école pour les enfants et développer une politique de haut niveau. L’équipe de Biarritz fut championne de France en 1995 et mon école accueillit 200 élèves ».

Chargé de la gestion et du développement du centre d’Ilbarritz entre 1990 et 1995, Philippe Mendiburu fait passer la fréquentation annuelle de 6 000 à 52 000 ! Avec comme mot d’ordre :
« on ne vient pas ici pour jouer mais pour se former et s’entraîner ! ». Et  une affirmation :
« 98% des stagiaires ont un problème : ils veulent taper des balles sans connaître la technique du swing ». La notoriété et le succès du centre inondent les milieux du golf en France et en Europe.

 

Aujourd’hui, la fréquentation a légèrement baissé : concurrence internationale oblige ! Cinq écoles de golf continuent à dispenser la bonne parole aux golfeurs de passage. Et Philippe Mendiburu ne désespère pas de redonner à ce lieu unique une nouvelle jeunesse :
« Ilbarritz repose sur trois pieds remarquables : le décor, ses ateliers de travail et l’enseignement. à nous de continuer à innover, à progresser, à répondre aux besoins de nos élèves, à mieux communiquer, à mieux accueillir, à se remettre en question pour devenir le grand centre de formation au golf en France. Notre atout est d’abord ce décor incroyable : un cadeau du ciel que nous, hommes de passion, nous devons mettre en valeur pour que le golf se développe encore mieux demain. Il manque aussi au Pays basque un grand parcours championship ». Son amitié avec des experts comme David Leadbetter, son savoir-faire reconnu de tous, son admiration pour Tiger Woods, sa lucidité humaine et sportive seront alors des atouts importants.

Fort d’un entourage familial « béton », Philippe veut laisser une trace au cœur de son Pays basque. Sa femme Gény, indéfectible colonne de son parcours personnel et professionnel, sa fille Sandrine qui fut l’une des plus grandes championnes françaises de golf, son petit-fils Hugo Riboud qui est scratch à 14 ans sont ses moteurs de vie : « Docteur Swing », comme l’avait surnommé Le Monde, n’a pas fini de rêver et d’avancer sur l’herbe toujours verte d’Ilbarritz.

Roland Machenaud

© Comhouse / Les Éditions du Club House - 2018